Les Chroniques du Clic

par Duxdo

Du feu et des rats

A Plague Tale : Innocence

Présentation

Oubliez la sérénité de votre maison et le calme de la nature, aujourd’hui on essaye de sauver notre peau au milieu d’une épidémie pourchassé par l’inquisition. Bienvenue dans A Plague Tale : Innocence.

On parle du jeu développé par les français d’Asobo et édité par Focus, sorti le 14 mai 2019 sur PC, PS4 et Xbox One. On se lance dans un RPG médiéval (avec un soupçon de fantastique), avec une forte présence de la narration.

Scénario

Nous voilà donc plongés dans la France du XIVe siècle, où l’on incarne Amicia, une fille de noble. Tout commence plutôt bien avec ballade en forêt et entraînement à la fronde. Mais rapidement on se rend compte que notre frère est atteint d’un mal mystérieux que notre mère essaye de soigner. C’est lorsqu’on va essayer d’en savoir un peu plus que l’inquisition fait son entrée.

Et à partir d’ici tout part de travers. On se retrouve au cœur d’une sorte de peste, explusée du domaine familial. Livré à nous-même, avec notre petit frère à protéger, il va nous falloir parcourir la campagne à la recherche d’un refuge et, qui sait, d’un remède. Au cours de l’exploration on va faire la rencontre de plusieurs autres enfants, plus ou moins dans la même situation que nous, et leur aide sera précieuse pour avancer. Tout en progressant, on se rend compte que plusieurs choses sont peut-être liées, mais je n’en dirai pas plus pour ne pas gâcher le plaisir de découvrir ce scénario bien écrit et qui nous tient en haleine jusqu’au bout.

Jeu

On progresse dans une succession de niveaux couloirs façon Dishonnored. Plusieurs approches sont ainsi possible, on peut tenter de passer discrètement et éviter le conflit ou au contraire semer les cadavres sur noter chemin. J’aime bien avoir ce genre de choix, car en plus d’ajouter de la rejouabilité, il apporte aussi une part de challenge lorsque l’on veut se tenir strictement à une approche. Malheureusement certains passages ne nous laissent pas le choix et forcent le combat, souvent pour introduire une nouvelle mécanique ou un nouveau type d’ennemis.

Pour nous aider dans notre progression on a une fronde, que l’on pourra améliorer, et quelques concoctions alchimiques qui font office de grenades à divers effets. Nous ne sommes pas un héros classique, surpuissant et qui surclasse tous les adversaires à terme, ici nous sommes faibles. Et c’est ce qui rend A Plague Tale intéressant, il faut souvent user de ruse et non pas foncer dans le tas en hurlant.

Aux ennemis assez classiques que sont les gardes et autres soldats de l’inquisitions, A Plague Tale utilise un nouveau système d’ennemis de masse : les rats. Les rats sont toujours en nuée et craignent le feu. Bien évidemment, le moindre contact avec eux signe notre mort. Il y a donc tout un système de brasero, torches et autres chariots enflammés à maîtriser pour se frayer un chemin dans les recoins sombres infestés de rats. Cela prend la forme de petits puzzles à résoudre pour passer un lieu qui sont très intéressants. Je ne parlerai pas des mécaniques de la fin du jeu en détail, mais leur arrivée apporte un renouvellement inattendu dans les mécaniques que l’on a appris à maîtriser jusqu’ici et c’est plutôt bienvenu.

Sensations

Puisque l’on n’est pas surpuissant, il y a toujours une petite part de tension lorsque l’on veut tenter quelque chose de risqué. On se fait du souci pour soi mais aussi pour les enfants qui nous accompagnent, même si nos destins sont liés. On peut avoir un peu en sensation d’être la maîtresse de classe lorsque l’on a tout le monde avec nous mais c’est plus une blague en marge qu’une sensation gênante.

L’histoire est assez prenante et apporte son lot d’horreurs et de scènes de carnage, indissociable des batailles et de la peste. Les paysages sont très travaillés et la lumière habillement placée pour les mettre en valeur, et le contraste entre les horreurs de la guerre et la beauté des lieux est présent, comme pour rappeler le temps d’avant les conflits.

Conclusion

A Plague Tale est un jeu très intéressant à faire, pas particulièrement exigeant en terme de gameplay, mais dont l’histoire tient en haleine et nous amènera à une conclusion au sommet. La durée de vie est très correcte pour ce genre de proposition et le jeu ne perd pas son temps et chaque heure est bien remplie. N’hésitez pas à le faire, pour l’histoire, les paysages et pour voir ce que ça fait de ne pas être tout puissant !

Heures de jeu au moment de l’écriture : 11h

On se retrouve aussi ici :

Au Suivant Poste

Précedent Poste

© 2022 Les Chroniques du Clic

Thème par Anders Norén