Les Chroniques du Clic

par Duxdo

Photos temporelles

Life is Strange : Episodes 1 A 5

Présentation

Installez-vous confortablement, cette fois on se met en route pour un voyage à travers le temps. C’est partit pour Life is Strange ! On parle donc ici d’un jeu épisodique, répartit sur 5 opus. Life is Strange est développé par le studio français Dontnod Entertainment et édité par Square Enix, le premier épisode est sorti en janvier 2015 et le dernier en octobre de la même année, avec un rythme de sortie tous les deux mois. Le jeu est disponible sur PS3 et PS4, Xbox One et 360, Windows et l’AppStore (depuis juin 2016). On va donc incarner Maxine, jeune lycéenne américaine qui revient dans sa ville natale pour ses études de photographie et va se retrouver au milieu d’une véritable tornade.

JEU

Le jeu est présenté sous la forme d’une histoire interactive, on est plus devant un film que l’on peut influencer que devant un jeu haletant où le gameplay et au coeur de tout (coucou DOOM). Les séquences de jeu sont en vue objective au-dessus de l’épaule, façon Batman Arkham ou Mass Effect. Les contrôles sont relativement simples : bouger et faire un choix. Suivant que l’on joue à la manette à la combinaison clavier/souris, la façon de faire un choix varie un peu (personnellement je recommande la manette pour plus d’ergonomie), mais le principe est le même : on nous propose plusieurs choses à faire ou à dire et on fait notre choix dedans.

Mais jusqu’ici nous n’avons qu’effleuré le coeur de Life is Strange. Car tout repose sur une mécanique originale et qui donne du sens au récit interactif. On a la possibilité de remonter dans le temps (dans une limite raisonnable), ce qui nous permet de « tester » les choix que l’on fait. Si le résultat nous convient on garde le choix mais sinon on peut revenir et faire un autre choix. Et c’est là tout l’intérêt de Life is Strange, les évènements dépendent de nos choix et les choix importants nous sont signifiés avec un visuel un peu différent. Bien évidement, tout n’a pas une influence, mais on peut voir les conséquences de nos choix dans les épisodes suivants. Prenons par exemple la plante présente dans notre chambre du dortoir, si on ne l’arrose pas dans les premiers épisodes, elle sera morte dans les suivants, mais si on pense à l’arroser la plante sera verdoyante. J’ai volontairement pris un exemple insignifiant au niveau du scénario mais d’autres choix auront des conséquences plus lourdes.

Le gameplay est donc assez minimaliste mais dans le sens où le jeu nous propose une histoire plutôt qu’un défi d’agilité cela n’est pas un problème.

Scénario

Toute l’histoire de Life is Strange repose sur la puissance de son scénario. Si vous avez lu ou entendu d’autres critiques, c’est ce qui ressort en premier lorsqu’on demande un avis sur Life is Strange. Une fois de plus je ne vais pas trop détailler l’histoire ici pour ne pas gâcher votre expérience de jeu. Je pense que c’est un problème générationnel, mais je n’ai pas été touché par Life is Strange comme l’ont été d’autres, certes je reconnais que l’histoire est prenante et les personnages travaillés, mais du fait de la jeunesse du personnage j’ai plus de mal à m’identifier. Et cette identification joue pour une grande part dans les émotions ressenties en jouant puisque que Maxine fera « nos » choix.

Globalement, l’intrigue est bien écrite, bien que j’ai eu l’impression que plus j’avançais moins je faisais de choix. Je n’ai pas été marqué par le découpage en épisodes dans la mesure où je les ai enchainés sans vraiment avoir d’attente entre chacun. Par contre j’aime bien l’idée d’avoir les statistiques des choix des autres joueurs afin de voir où je me situe dans cet univers (avec parfois des résultats surprenants). J’aurai des choses à dire sur le contenu de l’histoire mais je ne peux rien aborder sans dévoiler des morceaux de l’intrigue, je dirai simplement que quelques incohérences perturbent la crédibilité du récit par moments mais l’ensemble reste correct. Le rythme est volontairement assez calme, pour nous permettre de tout intégrer et relier tous les morceaux de l’histoire entre eux.

Sensations

Comme évoqué un peu plus haut, le rythme est lent. On joue donc à Life is Strange tranquille bien calé au fond de son fauteuil. Rien de vraiment stressant, on est vraiment proche des sensations qu’on éprouve devant un film. L’histoire peut nous tirer quelques larmes à ce qu’on m’a dit. Personnellement, je reconnais le côté touchant de certains passages mais pas de là à me tirer les larmes. On est plutôt un joueur contemplatif qui fait les choix lorsqu’on lui demande et qui laisse couler le reste, parfois avec un peu de détachement.

A noter quand même un petit peu de frustration lorsqu’on ne peut pas remonter dans le temps après un choix, et un peu de lassitude sur les derniers épisodes où les phases de jeu sont de plus en plus réduites au profit des cut-scenes. De façon ironique on peut presque de dire que Life is Strange est une longue cinématique avec des séquences de gameplay intercalées de temps en temps. Pour ce qui est des choix et de leur impact, certes on peut en voir beaucoup, mais en terminant le jeu j’ai quand même l’impression que les choix passés n’influencent pas la fin mais plutôt la situation globale avant cette fin (dont je ne dirai rien).

 

Conclusion

On pourrai croire que j’ai pas vraiment apprécié Life is Strange, et j’avoue que je suis un peu resté sur ma faim par rapport aux émotions que l’on me promettait et qui faisait sa renommée. Mais malgré ses défauts, le jeu reste très agréable et l’expérience vaut le détour, ne serait-ce que pour essayer la mécanique de retour temporel. Je ne pense pas que je le referai pour essayer d’autres choix et le futur DLC ne me tente pas vraiment. Mais je reste sur une expérience plutôt positive et je le recommanderai, certainement avec un peu plus de retenue qu’on me l’a recommandé.

Heures de jeu au moment de l’écriture : 11h

On se retrouve aussi ici :

Au Suivant Poste

Précedent Poste

© 2022 Les Chroniques du Clic

Thème par Anders Norén