Les Chroniques du Clic

par Duxdo

Ballade dans les bois

Firewatch

Présentation

On sort les chaussures de randonnée et nos plus belles jumelles et on file dans les forêts du parc du Wyoming. On va donc parler de Firewatch.

Le jeu est sorti en février 2016 sur Playstation 4 et PC, et un peu plus tard (en septembre) sur Xbox One. Il est développé par Compa Studio et édité par Panic. On est ici en présence d’un Walking Simulator, autrement dit, on marche, on interagit un peu mais la narration ne passe pas par le gameplay mais plutôt par l’ambience, les dialogues etc…

Scénario

L’intro est plus pénible qu’agréable, où découvre que l’on va incarner un sale type, Henry, qui abandonne sa femme malade et va se réfugier dans un job solitaire (pour résumer très vite). Ce passage est, pour moi, le pire du jeu. Se succèdent des écrans de textes entrecoupés de choix offrant rarement une option respectueuse ou sympatique. De temps à autre on nous laisse la main pour marcher deux minutes en ligne droite dans la forêt. Et puis on quitte enfin ce clavaire pour passer au jeu.

On incarne donc un garde forestier lors de son premier été. Nous sommes aidés dans ce job par notre supérieure, Delilah, en contact quasi permanent par radio. Et c’est là que le jeu prend toute sa saveur. C’est à nous de veiller sur la forêt, au fil de divers évènnements qui jalonneront notre grande promenade estivale. On aura affaire à des campeurs peu soucieux de l’environnement, quelques animaux sauvages et évidemment du feu de forêt. Quelques surprises viendront briser la routine tranquille du coin et apporteront leur lot d’intrigues à suivre.

Jeu

Puisque nous sommes dans un walking simulator les interactions sont relativement limitées. On peut, bien entendu, se promener librement, faire un peu de rappel, communiquer avec Delilah par radio et interagir avec certains objets. Et c’est à peu près tout. C’est toute la force de ce type de jeu, nous proposer une histoire à la fois crédible et prenante sans pour autant nous demander un grand nombre de choses à faire ou toute une panoplie de touches à retenir.

J’en profite pour parler rapidement de l’appareil photo, que l’on trouve à un certain point de l’histoire. Les appareils photos sont relativement communs dans ce type de jeu (et d’autres) et servent souvent à intégrer la fonction screenshot ou un « mode photo » de façon plus subtile. Et c’est aussi le cas ici, sauf qu’une fois le jeu terminé on peut demander à faire « développer » ses photos et les recevoir par mail, mais aussi sur papier par courrier (moyennant un pécule supplémentaire). Je n’ai pas souvenir d’avoir vu cette proposition dans un autre jeu, et elle s’intègre totalement dans la logique de découverte et d’immersion, puisque, comme Henry, on peut garder des souvenirs à la fin de notre été.

Les interactions sont plutôt bien gérées, mais pour un peu plus d’immersion j’ai affecté quelques contrôles sur la souris. Par exemple j’ai assigné le bouton de la radio au pouce, ce qui (pour moi en tout cas) se rapproche plus de l’utilisation classique d’un talkie. Donc si vous le pouvez, n’hésitez pas à changer un peu les contrôles pour être plongé au mieux dans la forêt.

Sensations

On évoque souvent du stress ou de la tension dans les chroniques, et bien pas cette fois. Place ici à la détente, la curiosité et la contemplation. On se promène dans la forêt et ce que l’on voit est aussi intéressant que ce que l’on doit faire. Par exemple, on doit localiser un éventuel feu de camp. Pour cela on suit comme on peut la fumée qui s’en dégage. Et bien le long du chemin pour y parvenir on découvrira peut-être un raton, ou un petit ruisseau, ou encore une falaise avec une vue dégagée sur la vallée. Ajoutez à cela des effets lumineux très réussis et il n’est pas rare que l’on s’arrête pour profiter du coucher de soleil sur un lac ou le soleil de midi au dessus d’un canyon.

En somme, Firewatch permet de passer un agréable moment de balade en forêt à votre rythme. Et, oui j’ai un peu menti, il peut y avoir quelques (très rares) moments avec un peu de tension, notamment sur le déroulement de l’histoire, mais je ne vous en dirai pas plus.

Conclusion

Prenez quelques heures pour vous promener en forêt et l’empècher de partir en fumée ou de finir en déchetterie. Ne vous arrêtez pas à l’intro qui est complètement différente du jeu qui vous est proposé ensuite. Le soleil va se coucher, je rentre de mon été comme garde forestier et vais (peut-être) passer le relais à l’un de vous pour l’an prochain, alors à vous de jouer. Et n’oubliez pas, respectez les lieux et la nature lors de vos ballades.

Heures de jeu au moment de l’écriture : 5h

On se retrouve aussi ici :

Au Suivant Poste

Précedent Poste

© 2022 Les Chroniques du Clic

Thème par Anders Norén